Affréteur

Domaine d'activité : Logistique / Transport
Centre d'interêt :  
Manipuler des chiffres
Etre en contact avec les autres
La fonction

L’affréteur est l’intermédiaire entre les clients qui ont des marchandises à expédier et les transporteurs. Sa mission ? Prendre en charge l’acheminement de marchandises par des transporteurs, pour le compte de ses clients. Son but ? Offrir le meilleur rapport qualité/prix, en respectant les délais impartis.

En fonction dans les entreprises ou cabinets conseil en transport et logistique, l’affréteur peut également exercer dans les grandes entreprises, au sein de la direction des transports. Il travaille en bureau, avec les moyens de télécommunications (téléphone, internet…). Ce professionnel reçoit des demandes de clients ayant des marchandises à expédier : à lui de choisir le moyen de transport le plus adéquat, tout en respectant les besoins de son client et les délais impartis.

L’affréteur doit gérer sur plusieurs fronts en même temps : il doit connaître les tarifs douaniers et respecter les règlementations relatives au transport. Mais ce professionnel doit également assurer le service client : il s’assure de la satisfaction de ceux-ci en gardant un contact fréquent avec eux.

La formation

Selon l’entreprise que vous visez, la formation est variable. La profession est accessible dès Bac+2 : le BTS Transport (CFATL Arras, EIC Formation Tourcoing, Lycée Gaston Berger Lille…), et le DUT Gestion, logistique et transport (IUT B Tourcoing, Formasup Villeneuve d’Ascq) préparent au métier. Vous pouvez compléter votre parcours par une licence professionnelle spécialisée en transport/logistique (IUT de Valenciennes, ISTV Valenciennes, CGU Dunkerque, IUT Lille 1, Lycée Colbert Tourcoing…)

La remunération

En début de carrière, le salaire de l’affréteur avoisine les 1600€ par mois. Il peut s’élever en fin de carrière jusqu’à 3000€ par mois. Les évolutions professionnelles sont variées : l’affréteur peut devenir chef d’exploitation, chef d’agence, ou même se lancer dans sa propre entreprise d’affrètement.

Les conseils

Évoluant dans un monde internationalisé, l’affréteur doit parler couramment anglais. Pour exercer cette profession, il faut être organisé, et surtout réactif face aux fluctuations rapides des charges de travail. Bon gestionnaire, l’affréteur doit savoir négocier, tant avec ses clients qu’avec ses transporteurs.

A voir également