Les formations pour travailler dans la sécurité

Les métiers de la sécurité sont variés. Surveillance, protection, maintien de l’ordre, transports de fonds, cyber défense… Le secteur recrute ! Les armées notamment, mais aussi le secteur privé. Existent-ils des cursus en études supérieures pour exercer ces métiers ? Le point sur les formations.

Métiers de la sécurité

Le secteur de la sécurité recherche du personnel. En 2018, les armées prévoyaient 24 000 embauches. Côté secteur privé, 73 000 postes d’agents de gardiennage et de sécurité seraient à pourvoir d’ici 2022, selon le ministère du Travail. Sans oublier la cyber-défense qui aspire à plus de 2500 « combattants numérique » à l’horizon 2019.


Quelles sont les études envisageables ?

Pour exercer dans ces métiers, vous pouvez opter pour un bac pro « Métiers de la sécurité » ou un brevet professionnel « Agent technique de prévention et de sécurité ». À noter que pour certaines professions, il existe des formations ne nécessitant pas le baccalauréat : le Titre professionnel, le Certificat de qualification professionnelle (CQP), le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) et la Mention complémentaire (MC).

Il y a un manque de formations, c’est évident !

En ce qui concerne les études supérieures, elles ne sont pas nombreuses en France. Il existe une FCIL Management en sécurité privée (Formation complémentaire d’initiative locale), lancée par les lycées Jean Moulin de Roubaix et Vertes Feuilles de Saint-André. De niveau bac +1, ce diplôme permettra à des jeunes d’accéder à des postes de manageur d’équipes d’agents de sécurité.


Pas de filières courtes spécialisées

Le DUT Hygiène sécurité environnement (IUT de Creil), le DUT Carrières juridiques (IUT de Roubaix et de Laon) et, dans une moindre mesure, le DUT Technique de commercialisation (UPJV, IUT de Roubaix et de Valenciennes) peuvent mener vers une licence professionnelle spécialisée dans les métiers de la sécurité. Les étudiants en BTS Support action managériale peuvent également y prétendre.

Mais en tant que formations professionnalisantes de niveau bac +2, l’offre est inexistante dans la région ! Le seul cursus qui existe en France se situe en Île-de-France, à Levalois-Perret, et a vu le jour en 2017. « Il y a un manque, c’est évident, reconnaît Catherine Danglehant, responsable pédagogique de la licence professionnelle « Sécurité des biens et des personnes » à l’IUT C de Roubaix. Lorsque les étudiants arrivent dans notre licence, ils ne connaissement pas tous les débouchés. Il serait clairement intéressant que des cursus, je pense notamment aux BTS, s’ouvrent aux métiers de la sécurité. »


Pousser jusqu’à la licence professionnelle

Le secteur recherche avant tout des hommes de terrain mais le besoin de cadres intermédiaires s’accroît. Il est évoqué, à l’horizon 2020, la possibilité de créer un BTS Sécurité privée pour répondre à cette demande. Mais l’idée n’est, pour le moment, qu’au stade de projet.

Les étudiants issus de BTS, de DUT ou de 2e année de licence « Droit » ou « Économie et gestion » peuvent accéder à une licence professionnelle :

    • Licence pro « Sécurité des biens et des personnes » (IUT C de Roubaix)
    • Licence pro « Qualité, hygiène, sécurité, santé, environnement » (IUT de Cambrai, de Béthune et de Boulogne-sur-Mer)
    • Licence pro « Sécurité des biens et des personnes » parcours « Hygiène et sécurité » (IUT de Creil)

À noter que dans dans le registre de la sécurité numérique, il existe une licence pro « Cyber défense, anti-intrusion des systèmes d’information » dispensée à l’IUT de Maubeuge.

L’offre de formations menant aux métiers de la sécurité semble bien maigre par rapport à la demande croissante du secteur. Comme les cursus manquent, les établissements sont « ouverts à différents types de profils, à condition que l’étudiant ait un projet professionnel en tête, précise Catherine Danglehant. À nous ensuite de lui présenter toutes les options et tous les débouchés qu’il existe dans cette filière. » En espérant, bien sûr, « que les choses évoluent à court terme pour offrir un plus large panel de cursus aux jeunes. »


À lire aussi :


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires