Emplois Hauts-de-France 2019 : l’informatique (9/13)

Le secteur du numérique et de l’informatique est l’un des plus attractifs de ces dernières années. Les innovations ne cessent de fleurir, les besoins en personnel continuent de grandir et le marché croît à n’en plus finir.

Informatique

Une terre connectée

La démocratisation des smartphones et tablettes assure aux secteurs du numérique et de l’informatique une pérennité tant en matière de chiffre d’affaires que de recrutement.

Grâce au label « French Tech », la métropole lilloise se situe au cœur de la transition vers le digital avec des sites d’excellence propices à la création et au développement de start-up comme Euratechnologie (Lomme) et le Parc de la Haute Borne (Villeneuve d’Ascq). Par ailleurs, la région compte sur son territoire le leader de l’hébergement de sites Internet, OVH, implanté à Roubaix depuis 2005. L’entreprise compte près de 800 salariés dans la région et aspire à recruter.

Le marché du numérique connaît une croissance à deux chiffres (autour de 20% chaque année dans la région). La filière recrute massivement. Certaines études estiment en effet qu’il y a 3000 postes à pourvoir dans les secteurs du numérique et de l’informatique dans les Hauts-de-France. Pour répondre à cette forte demande, la Région a d’ailleurs lancé en 2018 un plan « LeNumériqueRecrute@hautsdefrance » avec pour objectif de former 3000 personnes par an et d’attirer les jeunes femmes qui ne représentent aujourd’hui que 10 à 20% des recrutements dans ces secteurs.

Les Hauts-de-France se présentent comme l’un des territoires les plus innovants du pays. Parmi les 274 start-up françaises qui se sont déplacées au Consumer electronics show (CES) 2019 qui se déroule à Las Vegas, 26 sont issues de la région. Nul doute que cette visibilité internationale en amènera certaines à se développer et donc à recruter.

Les jeux vidéo cartonnent

Si le numérique et l’informatique ont le vent en poupe, les jeux vidéo et l’animation 2D/3D n’ont pas à rougir non plus. Le jeu vidéo représente, en termes de chiffre d’affaires, le premier produit culturel le plus consommé en France, devant le livre. Avec les jeux en réseau, l’e-sport (l’école internationale XP, spécialisée dans ce domaine, vient d’ouvrir ses portes à Lille à la rentrée 2018), les applications smartphones et tablettes, le marché connaît une croissance fulgurante (4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires ; +18% par rapport à l’année dernière).

Une bonne nouvelle pour les Hauts-de-France qui comptent sur son territoire des sociétés comme Bigben interactive (Lesquin) qui enregistre un bénéfice de 6 millions d’euros cette année et recrute des stagiaires et des CDI, Ankama (Roubaix) ainsi que des pôles d’excellence à la Plaine Image de Tourcoing ou à la Serre Numérique de Valenciennes. La région possède également des petits studios de production spécialisés dans l’animation 3D et la création de jeux.

La cybersécurité

Parmi les domaines qui composent le secteur du numérique, l’un en particulier émerge face à l’augmentation des menaces de piratage informatique : la cybersécurité. Que ce soit des organismes gouvernementaux, des multinationales, des groupes médiatiques, des PME ou le consommateur lambda, la sécurisation des données touche l’ensemble des couches de la société. D’autant que d’après certains experts, 2019 s’annonce comme une année noire en matière de cybercriminalité. Le développement rapide de technologies offre de très belles perspectives mais également des moyens plus sophistiqués pour effectuer des attaques. Le besoin de « soldats du numérique » qualifiés est donc urgent. Les formations dans ce secteur se développent. Dans la région, une licence professionnelle Cyber défense, anti-intrusion des systèmes d’information existe à l’antenne de Maubeuge de l’Université Polytechnique Hauts-de-France, ainsi que des formations spécialisées à l’IMT de Douai, à Euratechnologie et à Epitech.

Pierre, développeur informatique

Pierre LejeuneParcours

« J’ai fait un bac S puis je suis parti en DUT informatique à l’IUT A de Villeneuve d’Ascq. Après, j’ai intégré la licence puis le master Informatique. Durant le cursus, j’ai effectué plusieurs stages dont un chez Monabanq. J’ai toujours su que le développement informatique était mon domaine. Je n’ai pas eu de difficultés à trouver un emploi à l’issue de mon diplôme. »

Métier

« Aujourd’hui, je travaille pour une société qui développe et propose des applications e-commerce à destination de clients, principalement dans le « retail » (la vente au détail). Mon rôle est de participer à la conception, au développement et à la maintenance des applications orientées business. J’apprécie énormément mon métier. Il y a un côté très créatif, ce n’est pas uniquement du codage informatique. Je réfléchis aux différentes façons de résoudre un problème et à la solution la plus adaptée pour rendre l’application la plus efficiente possible. Si le besoin évolue, je cherche les moyens d’adapter nos produits à la demande du client pour la lui rendre la plus facile d’accès. »


À lire aussi :


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires