L’IUT C de Roubaix, premier campus de France à énergie positive !

L’IUT C de Roubaix a été officiellement inauguré vendredi 8 février. Le premier bâtiment à énergie positive (BEPOS) certifié de l’enseignement supérieur a séduit le personnel de l’Université de Lille mais également élus régionaux et membres du rectorat. Mais qu’en est-il des étudiants ?

IUT C - Roubaix (extérieur)

C’est désormais officiel ! Vendredi 8 février 2019, direction de l’Université de Lille, élus régionaux, dont Nicolas Lebas, vice-président de la Région en charge de l’enseignement supérieur, et Guillaume Delbar, maire de Roubaix, ainsi que la rectrice de l’académie de Lille, Valérie Cabuil, étaient conviés à l’inauguration du nouvel IUT C de Roubaix. Livré en août 2018, ce dernier est le premier bâtiment d’enseignement supérieur à énergie positive (BEPOS) de France. Pour rappel, le concept d’un bâtiment BEPOS est simple : l’édifice produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.

Au cœur du développement durable

IUT C - Roubaix (vue du hall)L’Université de Lille a donc souhaité faire de l’IUT C un espace estampillé « Rev3 », à savoir entrant dans le cadre de la troisième révolution industrielle en matière de gestion environnementale et énergétique. La température au sein du bâtiment doit osciller entre 20 et 28°C, ni plus ni moins, grâce à d’ingénieux systèmes de stockage d’énergie lumineuse et thermique l’hiver, et d’entrée d’air frais en période de forte chaleur, l’été.

Mais concrètement, qu’en pensent les quelque 1300 étudiants qui sillonnent les couloirs de cette bâtisse à l’architecture moderne et épurée ? « Il n’y a pas photo, cela nous change clairement de notre ancien IUT, lâche Ambrine, 20 ans, étudiante en deuxième année de DUT Statistique et informatique décisionnelle (STID). Nos anciens locaux étaient tellement vétustes qu’on a tout de suite adopté le nouveau bâtiment. » Autre atout, « nous étions isolés des autres formations avant. Aujourd’hui, nous sommes mélangés avec tous les étudiants et c’est bien plus agréable », se satisfait son camarade Redouane, 19 ans.

« Il faut peut-être encore un peu de temps pour que ça se rode » 

IUT C - Roubaix (cafétéria)Cela étant, quelques bémols sont à signaler. Outre les problèmes récurrents de logement, « il n’y a pas de parking, déplore Ambrine. Le stationnement est payant autour de l’IUT. J’en suis déjà à ma troisième amende depuis septembre et ça m’embête de devoir débourser pour garer ma voiture. Ça représente un certain budget. » De plus, « la cafétéria est trop petite pour 1300 étudiants, relève Redouane. On doit souvent faire la queue. »

En ce qui concerne la vie au sein de ce bâtiment à énergie positive ? « Il fait un peu froid dans les salles par moment et il y a pas mal de courants d’air dans les amphis, remarquent les deux étudiants, enrhumés le jour de l’inauguration. Mais on se dit qu’il faut peut-être encore un peu de temps pour que ça se rode. »

IUT C - Roubaix (vue d'en haut)Malgré de légères réserves concernant le « fun » du bâtiment et la décoration « qui manque de verdure », les jeunes semblent s’épanouir dans leur IUT et apprécient tout particulièrement les écrans installés sur l’un des murs du hall principal, projetant des images de leur vie au sein du campus. « C’est cool de pouvoir s’y voir et d’être ainsi mis en valeur », souligne Ambrine.


À lire aussi : 


On vous recommande

Laisser un commentaire

Veuillez compléter l'operation pour poster votre commentaire *

*champs obligatoires